informations médicales et plantes médicinales

LES RISQUES LIES A L’UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES

          Les téléphones mobiles, encore appelés téléphones cellulaires, « portables » ou « gsm » sont aujourd’hui largement utilisés. Nous même ou nos proches les manipulent tous les jours. Parmi tous les rayons et rayonnements physiques existants, les téléphones portables utilisent des ondes électromagnétiques appelées « Radio Fréquences ».

QUE SONT LES ONDES ELECROMAGNETIQUES ?

La lumière, les sons, les émissions radios… résultent d’un même phénomène, la propagation d’ondes (comme des vagues qui ne se déforment pas). On caractérise les ondes par leur longueur d’onde, c'est-à-dire la distance, exprimée en mètre (m), entre 2 oscillations (entre 2 sommets ou 2 creux de vagues) et leur fréquence, c'est-à-dire le nombre d’oscillations observées en 1 seconde. La fréquence est exprimée en Hertz (Hz). Une loi physique indique que plus la fréquence est élevée plus la longueur d’onde est petite.

Une onde électromagnétique fait intervenir une composante électrique et une composante magnétique.

En fonction de la fréquence des ondes on peut les classer, comme par exemple :

Plus la fréquence est grande plus les ondes sont énergétiques. En fonction de leur fréquence, donc de leur énergie, les ondes ont plus ou moins d’effet sur la matière inerte et sur la matière vivante.

ET LES RADIOS FREQUENCES ?

Les radios fréquences sont donc les ondes qui ont une fréquence de 30 kilohertz à 300 gigahertz. Leur longueur d’onde est de 1 millimètre à 10 kilomètres.

La téléphonie mobile utilise 3 technologies :

La norme GSM succède directement à la technologie analogique, on parle donc de la 2ème génération (2G). Cette norme permet d’échanger des informations vocales.
La norme UMTS est une technologie de 3ème génération (3G). Cette norme permet, outre la transmission d’informations vocales, de transmettre des informations multimédias comme des photos, des vidéos, du son etc…

Il existe d’autres normes : PCS 1900, GSM 850… utilisées dans d’autres pays.

Un projet de GSM 450 mégahertz est à l’étude et d’autres générations de normes, destinées à envoyer une plus grande masse d’informations en un temps le plus court possible sont en cours de recherche voire de début d’application pour le grand public.

Un téléphone mobile émet vers une antenne-relais, c’est la « voie montante » et l’antenne-relais émet vers un téléphone mobile, c’est la « voie descendante ». Chaque voie utilise une fréquence particulière. On peut donc dire que la communication entre un téléphone portable et une antenne-relais utilise 2 voies de transmission d’information. Des antennes-relais sont disposées sur l’ensemble du territoire pour assurer la transmission correcte des informations vocales, c’est la « couverture » du territoire.

PEUT-ON QUANTIFIER L’ENERGIE ABSORBEE PAR L’ORGANISME ?

L’énergie absorbée par l’organisme est non seulement quantifiable mais aussi soumise à une réglementation.

Le Débit d’Absorption Spécifique (DAS) :

C’est la quantité d’énergie absorbée par un corps exposé à un champ électromagnétique, et cela en fonction du temps et de la masse du corps. Le DAS est donc exprimé en Watt (énergie en fonction du temps) par kilogramme. Le DAS est encore appelé SAR en abréviation anglo-saxonne.

On distingue le « DAS corps entier » correspondant à l’absorption moyenne répartie sur le corps entier et le « DAS local » correspondant à l’absorption d’un tissu bien localisé.

La mesure du DAS des téléphones portables :

On définit le DAS d’un téléphone portable comme la puissance maximale absorbée localement par l’utilisateur d’un téléphone portable. La mesure du DAS est réalisée selon une procédure reconnue internationalement et tous les acteurs mettant des téléphones portables sur le marché doivent les tester et mesures les DAS dans des conditions précises, selon une norme, une procédure établie par le comité européen de normalisation en électronique et en électrotechnique et le comité international de protection à l’égard des radiations non ionisantes.

La limite maximale de DAS local acceptable est de 2 W/kg au niveau de la tête. Les téléphones sont testés dans les conditions les plus extrêmes. 

LES EFFETS DES RADIOS FREQUENCES SUR LE CORPS HUMAIN…

Les radios fréquences ont des impacts sur les tissus vivants…

Les radios fréquences sont des ondes électromagnétiques qui constituent un champ électromagnétique lorsqu’elles sont émises. Or, comme indiqué précédemment, les ondes sont énergétiques et plus leur fréquence est grande plus elles sont énergétiques ou puissantes. Lorsqu’un tissu vivant, à fortiori un corps humain, se trouve dans un champ électromagnétique créé par des radios fréquences alors il absorbe une partie de cette énergie. Cette énergie absorbée ne « disparait » pas, elle a un impact, des effets, des conséquences sur le corps humain.

Les différents effets des radios fréquences…

Les effets thermiques :

A partir d’une certaine puissance les ondes électromagnétiques peuvent provoquer un échauffement des tissus. Le champ électromagnétique nécessaire pour cela est relativement intense. Cet effet trouve son application dans les fours micro-ondes. Cet effet est parfois suspecté d’effet sur la santé.

Les molécules d’eau présentes dans la matière biologiques présentent un pôle positif et un pôle négatif. Lorsqu’elles sont soumises à un champ électrique alors ces molécules prennent une certaine orientation dans l’espace. Si ce champ électrique varie alors les molécules changent d’orientation dans l’espace. En changeant constamment d’orientation les molécules d’eau produisent un échauffement de la matière. Il faut en moyenne 4 W/kg pendant 6 minutes pour élever la température corporelle de 1°C. Les normes sont actuellement de 0,08 W/kg pendant 6 minutes. Ces normes sont surtout utilisées pour l’implantation d’antennes-relais.

Dans le cas du corps humain la chaleur est absorbée et transformée. Dans certains cas les mécanismes de « thermorégulation » qui visent à réguler la température et neutraliser l’effet thermique sont moins efficaces. Les normes de champ électromagnétique pour les téléphones portables tiennent compte de ces données : les DAS reçus sont inférieurs à ceux nécessaires à provoquer une élévation de température dans le corps humain. Les téléphones portables ne sont pas assez puissants pour provoquer une élévation de la température corporelle. Notons cependant que la proximité d’une antenne-relais de puissance moyenne ou élevée peut provoquer des effets thermiques.

Les effets non thermiques ou spécifiques :

Ces effets sont l’objet de nombreuses controverses entre scientifiques. Ils se manifesteraient pour de faibles radios fréquences et seraient responsables d’effets néfastes sur la santé.

Ce sont les effets influant sur le sommeil, la concentration, les réactions cérébrales, le système nerveux… Des études épidémiologiques et des études sur des animaux de laboratoires donnent des résultats variables et controversés. Il semblerait que les durées d’expositions ne soient pas toutes standardisées, que les populations étudiées soient parfois exposées à d’autres sources de pollution, que les animaux de laboratoire n’ont pas une durée de vie suffisante pour étudier les effets à long terme etc…

En conclusion…

Lors d’utilisation par les enfants :

Lors de proximité d’une antenne-relais :

Les études tendent à montrer que les effets sont limités s’il ne se trouve personne dans l’axe horizontal du faisceau électromagnétique et si les riverains sont protégés par des obstacles tels que murs en béton, panneaux protecteurs, toits. Les ondes reçus dans ces cas là seraient faibles. Les antennes émettent un faisceau électromagnétique dans une direction et les autres directions ne reçoivent théoriquement que peu d’ondes. Le faisceau est orienté horizontalement et les ondes verticales sont normalement très faibles. Au pied des antennes-relais il existe des protections afin que personne ne s’expose à un champ électromagnétique supérieur aux normes recommandées.

Les études scientifiques menant à des résultats controversés ou non reproductibles, il est difficile de trancher sur l’existence ou non de risque pour la santé humaine lors d’exposition aux radios fréquences utilisées couramment. Certains comités scientifiques demandent une diminution des normes d’exposition par mesure de précautions tandis que d’autres organisations reconnues n’en estiment pas l’intérêt. Précisons aussi que même si les recommandations sont respectées, elles le sont appareil par appareil, technologie par technologie. Or nous sommes soumis à plusieurs champs électromagnétiques issus de plusieurs sources différentes et leurs effets s’additionnent. Les émetteurs de télévision et de radiodiffusion pourraient aussi être en cause et leur étude est nécessaire. Rappelons aussi en dernier lieu que les ondes électromagnétiques ont bien sûr des effets sur les appareils électriques comme les pace-makers, les prothèses auditives, le matériel hospitalier… Dans ces cas là l’usage du téléphone doit être réduite voire est interdite. De nouvelles études sont en cours pour évaluer les risques de l’utilisation des téléphones portables et de l’exposition aux champs électromagnétiques à long terme. En la matière le temps et le recul font défaut pour évaluer les risques et les effets néfastes potentiels sur une période de 20 à 30 ans.

 

Informations médicales